A quoi nous sert twitter ?

Francis Pisani a lancé un appel à témoignage intéressant, pour comprendre à quoi sert twitter, cet outil de microblogging. Ce qui ressort des témoignages, c’est l’immense variété d’usages associés à cet outil. C’est d’ailleurs logique : chaque outi lde communication publique entre pairs est transformé par l’utilisation qu’en font les utilisateurs. Certes, l’outil n’est pas neutre : il porte dans ses codes de fonctionnement des impacts potentiels, des utilisations majeures. Une chose reste sûre : twitter ne sert pas à dire à ses amis ce que l’on fait. Cette phrase, « what are you doing ? », qui est posée à tout utilisateur, n’est qu’un bout, un prétexte, quelque chose qui introduit à une grande diversité d’utilisations, qui se créent par la rencontre.

Chez spintank, nous utilisons twitter, évidemment. L’entreprise n’a pas (pas encore ?) de twitter officiel. Logique : l’usage reste très individuel, personnel. Ceci-dit, nous utilisons twitetr pour de nombreuses applications possibles. Quelques unes ressortent.

Veille

Twitter nous sert d’outil de veille. En suivant une quantité non négligeable de comptes de personnes qui passent leur journée à transmettre des liens et des infos, sur une grande variété de nouvelles, nous sommes avertis en permanence de ce qui se passe sur le web. Au total, nous devons suivre un peu plus d’un millier de sources sur twitter, qui nous permettent d’être connectés au flux de « ce qui se passe » dans la communication, le web, la politique, l’environnement.

Je dirais que, sur la veille générale que spintank mène sur ses métiers, twitter doit être à la source d’un bon dixième des informations que nous récupérons, dans le flux. Le problème essentiel, comme d’habitude, est le flux et l’abondance : cela se règle, en entretenant en permanence nos comptes suivis, et surtout, en ne relevant que la crème, l’important, l’essentiel pour l’entreprise.

Réseau

Avec twitter, chacun d’entre nous entretient des relations, sous la forme de liens légers, dans une conversation informelle, avec quelques dizaines de pairs. Etonnamment, les gens que nous fréquentons sur twitter ne sont pas exactement les mêmes que « dans la vie réelle ». Des relations étonnantes se créent, notamment avec nos concurrents-coopétiteurs, avec qui nous partageons nos trouvailles, raleries, expériences, sarcasmes ou idées. les status ne comptent pas tellement : un consultant junior de spintank dialogue volontiers avec un patron d’agence de pub, un inconnu peut nous interpeller facilement, par la magie du tag, de la réponse pertinente. Twitter est un très bon outil de connexion à l’extérieur, de perméabilité à notre environnement, dans les deux sens. C’est essentiel, pour une entreprise de conseil qui se doit d’être ouverte, en veille permanente, en repérage et en connexion avec un réseau.

Recrutement et compétences

Twitter nous sert aussi à repérer et appeler aux compétences. Nous avons repéré via twitter des développeurs, intégrateurs, graphistes, designers avec qui nous travaillons désormais régulièrement. Nous diffusons via nos comptes personnels des annonces et des recherches, attendant que lamagie fractale s’opère : depuis un twit indiquant qu’on cherche un développeur, quelques transmissions d epairs nous permettent de toucher très rapidement deux à trois mille personnes qualifiées.

Récemment, je cherchais une petite équipe de développement spip, nos contacts étant surchargés. Un twit indiquant cette recherche, et ce furent dix-huit propositions de collaboration en quelques heures dans ma boite mail. Le gain de temps est énorme. Nous diffusons également nos annonces de recrutement, de stages, sur twitter, et passons du temps à suivre les comptes des profils potentiels que nous cherchons (consultants, passionnés de communication, de web 2.0, de veille). Cela amène à des recrutements.

Le réseau

Twitter est un moyen, lâche, disponible, d’entretenir une relation avec un réseau. Comme facebook, mais centré sur des liens faibles, légers, peu impliquants en termes d’investissement et de temps. Le gros du temps, de fait, est plus consacré à l’entretien du panel de comptes suivis, de personnes essentielles, et au don d’informations, de soi au réseau. Contrairement à facebook, qui multiplie les liens complexes (photos, vidéos, contenus, interactions sociales multiples), twitter, avec ses codes très basiques, permet de maintenir une présence à l’esprit et une connexion avec son réseau de manière très légère.Le soir, quand on travaille tard, c’est aussi un bon moyen de se détendre avec ceux qui font de même (et c’est un excellent moyen d’entretenir son réseau que de partager les moments difficiles du dur labeur…).

Twitter est installé dans l’entreprise, donc. La nôtre. Prochain épisode : maisqu’est-ce qu’une entreprise pourrait bien faire de twitter ? Est-ce que vous, clients, grandes entreprises, cadres d’ici ou là, personnalités publiques, avez besoin de twitter ? Comment l’utiliser ?

  • Pingback: Tribal Sex Tape » A quoi nous sert Twitter ?

  • Vladimir

    Cette présentation est une bonne introduction pour ceux qui n’utilisent pas twitter et ne connaissent pas son fonctionnement.
    Question: vous dîtes utiliser twitter pour de la veille, du recrutement, des compétences, etc, mais qu’en est-il de ce qui ne se passe pas sur twitter, voire même jamais en ligne? Il ya quantité de réseaux, d’informations, qui sont passés via emails, groupes de discussions fermés, clubs, conversations télphoniques, etc, réunions, etc. Ces informations ne voient jamais leur existence matérialisée sur un réseau en ligne. Pourtant, certaines de ces informations ont une valeur, et cette valeur ne peut-être captée en ligne… Alors comment faites vous, lorsque vous faites de la veille, pour capter des informations qui ne passent pas par les réseaux en ligne que vous surveillez ?

  • Nicolas

    Eh bien, Vladimir, il va de soi que les réseaux et autres sources d’information sont utilisées et mobilisées également. Il existe d’ailleurs une illusion d’universalité du web, comme si toute la connaissance y était révélée. Ce n’est évidemment pas le cas.

    Ceci-dit, les réseaux numériques publics offrent de nouvelles facilités pour des approches bien traditionnelles de la veille et de l’entretien d’un réseau : une facilité, une rapidité, une simplicité, une réactivité que n’offrent souvent pas les moyens plus traditionnels. Le tout, c’est de ne pas s’illusionner et croire qu’ils peuvent suffire, ou être exhaustifs…

  • http://thomasrudelle.blogspot.com Thomas

    et vos comptes twitter c’est quoi? c’est étonnant car vous n’en faites pas les liens sur la sidebar de ce blog?

  • Pingback: Les psy peinent à utiliser le web 2.0 | Psy et Geek ;-)

  • http://www.webobusiness.com Clem

    Je plussoie Thomas, c’est ballot de faire un article en parlant de votre usage/intérêt pour twitter, sans que les Twitters des membres (selon fonction par ex) ne soit proposé aux lecteurs…

  • http://www.twitter.com/nicolo Nicolas Gosset

    Merci pour vous commentaires Thomas et Clem, la page équipe du site va être mis à jour dans les prochaines semaines. Nous mettrons les liens vers nos divers blogs, Twitter et consors…

    A très bientôt j’espère sur ce blog

  • Pingback: Spintank » Le classement des politiques sur Twitter - mars 2009

  • Pingback: La beauté de Twitter | Bloguyhom

  • Pingback: Ma twitt’entreprise, connaît pas la crise … - Friedland, le blog de la CCIP

  • Pingback: mugg » La beauté de Twitter

Publiés récemment

16 janvier 2014
Applis de rencontres : risque et provocation en com, ça paye !

Adopteunmec, Tinder, ou plus récemment Happn, Nametag,… l’application mobile dédiée à la rencontre est une formule qui ne connaît pas la crise. Les startups qui s’y consacrent se multiplient, chacune avec sa spécialité : provoquer une nouvelle rencontre, faire naître un coup de … +

 
10 janvier 2014
Malgré son piratage, Snapchat séduit les marques

Le piratage de l’application Snapchat par un collectif de hackers a fait couler beaucoup d’encre dans la presse. Ces « White hats » – comme sont surnommés les hackers « éthiques » – ont exploité une faille de sécurité de l’application, laquelle avait été révélée … +

 
6 janvier 2014
3 questions à Violaine Mouchet, de 87seconds.com

Une nouvelle startup fait son entrée dans le Tank, notre espace de coworking. Violaine Mouchet nous présente 87 seconds.com. Pourrais-tu nous présenter 87seconds.com ? 87seconds est spécialisé dans la création de vidéos explicatives, ces animations mises au service de marques … +