Faux « bug Facebook » : les raisons de l’hallucination

24 heures après, le « bug » Facebook – qui a quand même fait la Une du Monde.fr – ressemble finalement à une hallucination collective. Si le mécanisme de propagation de ce qu’il faut bien appeler une rumeur semble classique, ce qui étonne, c’est qu’elle puisse porter sur les « timeline » Facebook. Soit un univers technique normé, familier pour la plupart des utilisateurs qui y passent de nombreuses heures par semaine, et théoriquement « vérifiable ». Difficile de se faire une opinion en voyant les images grumelées de la base de Roswell, mais comment se tromper sur des messages écrit par soi ou ses proches, dans une interface qu’on connait bien ?

Nous y voyons trois explications :

1/ la complexité de Facebook même ; non seulement la Timeline, récente, n’est pas l’interface que l’on utilise habituellement (au contraire du Newsfeed), mais le changement permanent des règles, des fonctionnalités, des outils de paramétrage a fini par brouiller les pistes. Tous les utilisateurs de Facebook ont été, un jour ou l’autre, familiarisés avec les questions de « privacy » ; la plupart ont fini par s’en désintéresser, par manque de temps ou par lassitude face aux mutations continues. Enfin les « solutions » conseillées pour faire face au faux bug, la plupart du temps incompréhensibles, ont rajouté à l’angoisse.

2/ l’obsession Facebook : comme tous les objets de fascination, on adore détester Facebook, et on s’en méfie comme un Moloch difficile à apaiser. La réputation de la boite de Mark Zuckerberg est telle que le bug – surtout sur ces questions de privacy – est en soi crédible, et vient alimenter la prophétie auto réalisatrice de la méfiance nécessaire.

3/ la perte de la notion de vie privée : ce qui nous avons pu écrire en public il y a quelques années, sur le mur d’un ami, nous semble relever typiquement d’un message privé. La prise de recul forcée par la peur du bug produit une lecture critique de nos propres commentaires et des messages de nos amis, tandis que le stress enlève le temps de la réflexion. C’est au fond la grande force de Facebook, que d’avoir par glissement successif permis de partager des impressions autrefois privées à un cercle toujours plus large, qui ne s’en offusque plus.

Ce rapport aux données dépasse Facebook. Comme l’écrit danah boyd, le fait que l’on confie des données – ou que l’on archive ses discussions – dépend du contexte, et les utilisateurs se croient « obscurs » ou, dirait-on, discrets.

People’s encounters with social systems rely on their interpretation of the context. And they’ve come to believe that, even when their data is recorded, they’re relatively obscure (…) Just because technology can record things doesn’t mean that it brings attention to them. So people rely on being obscure, even when technology makes that really uncertain.

Cela révèle peut-être un problème inhérent à notre activité en ligne. Ce qu’on écrit sur facebook, sur un blog, dans des commentaires, semble étrange et souvent brutal des années après ; on n’est pas encore habitués à l’archivage de nos échanges ordinaires, coups de gueule ou mauvaise foi, qui privés du contexte du moment, nous surprennent comme s’ils n’étaient pas de nous.

Guillaume Bernard & Nicolas Vanbremeersch

Les commentaires sont fermés.

Publiés récemment

16 janvier 2014
Applis de rencontres : risque et provocation en com, ça paye !

Adopteunmec, Tinder, ou plus récemment Happn, Nametag,… l’application mobile dédiée à la rencontre est une formule qui ne connaît pas la crise. Les startups qui s’y consacrent se multiplient, chacune avec sa spécialité : provoquer une nouvelle rencontre, faire naître un coup de … +

 
10 janvier 2014
Malgré son piratage, Snapchat séduit les marques

Le piratage de l’application Snapchat par un collectif de hackers a fait couler beaucoup d’encre dans la presse. Ces « White hats » – comme sont surnommés les hackers « éthiques » – ont exploité une faille de sécurité de l’application, laquelle avait été révélée … +

 
6 janvier 2014
3 questions à Violaine Mouchet, de 87seconds.com

Une nouvelle startup fait son entrée dans le Tank, notre espace de coworking. Violaine Mouchet nous présente 87 seconds.com. Pourrais-tu nous présenter 87seconds.com ? 87seconds est spécialisé dans la création de vidéos explicatives, ces animations mises au service de marques … +