Vers la fin du référencement ?

Cette discussion est déjà entamée, y compris par les experts eux-mêmes . Pour nous, le référencement est de moins en moins crucial ; reste à en convaincre nos clients, qui ont entendu les web agency leur en parler pendant des années, et qui calquent parfois le vieux sur le neuf (« Facebook, ça améliore le référencement » ?). Evidemment, ce qui suit vaut surtout pour la communication corporate, si vous entretenez un site de e-commerce, c »est une autre discussion.

Quelques éléments de réflexion :

- La perte d »importance des sites corporate, que l »on cartographie chez Spintank dans le « web documentaire » : qu »on le trouve ou non en ligne, aucun de ces sites n »a d »impact réel sur l »image des institutions ou des entreprises, sur la pédagogie de leurs messages, sur leur visibilité même. Du coup, investir pour référencer de tels sites n »a pas de sens, sauf à assurer le minimum vital de l »existence institutionnelle (je tape le nom de l »entreprise, et je la trouve).

- La perte de contrôle : le modèle  « SEO » produit de plus en plus de dérapages, des journaux qui « optimisent les titres en fonction des requêtes Google les plus fréquentes » jusqu »aux « fermes de contenus » qui en arrivent à produire des textes entièrement absurdes – tiens, par exemple ce billet ahurissant sur la plateforme les Experts.  Sans compter les recherches « pratiques » – essayez « vacances scolaires » ou « jours fériés » sur Google – qui se voient cannibalisées par des url dédiées sans aucune garantie de qualité derrière… au point qu »on puisse se demander si Google n »est pas en train de « perdre en qualité » sous les coups de boutoir des « content scrapers » et autres sites ultra-SEO »d.  On se plaignait souvent du sur-référencement des forums ou de Wikipedia, mais ce qui se profile est probablement pire.  Et vu cette pollution des pages de recherche, quelle institution peut émerger – sans investir des sommes déraisonnables – sur autre chose que son nom ?

- Le référencement peut apporter du trafic, mais il ne Ils peuvent alors decider de retirer les gains ou continuer a se developper et jouer un des autres jeux http://www.phpaide.com de casino sur. permettra jamais de construire une communauté : quels lecteurs accepteront de discuter les contenus vides des « Experts » ? Qui comprend encore quelque chose à une page de « comment ça marche », de plus en plus souvent constituée de questions sans réponse ? Même pour la presse, le fait que la page d »article soit devenue la véritable page d »accueil, la page d »entrée dans le site, et qu »il faut faire circuler l »internaute vers le reste du site pour arriver à le fidéliser, n »est pas encore tout à fait pris en compte.

- Heureusement, la montée du social bookmark vient compenser la suroptimisation SEO, en apportant la qualité du filtre humain ; d »abord sur les contenus (partant du principe qu »on valorise un flux plus ou moins éditorialisé, sans requête d »entrée (d »où le succès des paper.li et autres flipboard, qui refabriquent de l »éditorial ou encore l »intégration des « pages likées sur facebook » sur la home du New York Times). Ensuite sur les moteurs de recherche eux-mêmes, où la prise en compte des feedbacks et des vrais liens devraient favoriser la qualité – à terme.

Ainsi on voit dans les stats des blogs monter progressivement la part des sources Facebook ou Twitter au fur et à mesure que progresse le partage de liens, tandis que la logique de « sérendipité », bien  que discutée, est une thématique montante du web. Corollaire ? A l »approche « quantitative » du « refnat » où il fallait produire beaucoup de contenus, avec le bon lexique, on va enfin devoir renforcer la qualité, plus que la « pertinence ». Ce qui n »est pas une si mauvaise nouvelle !

  • http://www.abysse-tech.com Abysse

    Très bon article qualitatif et pertinent :)

    Toutefois, les réseaux sociaux ont leur limites aussi. Les gens prennent certaines habitudes à consulter les twits de certains tout en filtrant inconsciemment les autres sur des sujets proches.

    Le taux de retweet est de 2% ce qui est très bas pour faire circuler correctement l’ensemble des informations de qualité.

    Twitter est aussi victime d’ultra SEO avec tous ces bots avec 1000 followers et 0 tweet à leur actif, qui vous suivent trois fois pas jours. D’autres produisent du contenu publicitaire en permanence et sont considérés comme influent …

    Bref, l’avenir du référencement n’est pas figé, surtout quand l’utilisateur n’est pas dupe devant un contenu bidon.

  • Pingback: Les tweets qui mentionnent Spintank » Vers la fin du référencement ? -- Topsy.com

  • Jean

    Il faudrait surtout que les « SEO » arrêtent de se prendre pour des journalistes.

  • http://www.twitter.com/ldebrot/ Lucien

    Le filtre humain des réseaux sociaux a malheureusement déjà été infiltré par des agents SEO peu scrupuleux, comme le remarque justement @Abysse pour Twitter.

    Quant à la perte d’importance des sites corporate, c’est un constat pertinent que devraient faire plein de communicants. Surtout ceux qui décident de relier à tout prix les pages Facebook au site corporate alors que celui-ci n’est pas forcément utile/pertinent pour la « communauté » FB.

    Les dérapages sont graves et l’exemple des « vacances scolaires », aka info utile-prétexte, m’a fait rire. Au bout du compte, en SEO, on essaie de combiner utilité et objectif de référencement pour gagner en légitimité sur le web social. Les marketeurs ont compris cela depuis longtemps en nous proposant des « bons plans » et des « conseils pratiques » pour apparaître dans les médias… est-ce la fin du marketing pour autant? Je ne le crois point.

    Enfin, une autre question à se poser serait celle de la suite: Quoi suivra au SEO? Les alternatives ne manquent pas mais laquelle pourrait s’imposer sans dégrader davantage la qualité du web?

  • http://www.laurentbourrelly.com/ LaurentB

    Fin du référencement ? Non!
    Par contre, on commence à sérieusement pense que Google ne pourra jamais endiguer le spam et encore moins l’archi domination par les référenceurs et webmarketeurs.
    C’est mon discours dans mon dernier billet où j’introduis une alternative intéressante qui s’appelle Blekko
    http://www.laurentbourrelly.com/blog/888.php

  • http://www.pink-seo.com/blog Marie

    Bonjour

    Merci pour la citation de mon article sur la fin du référencement où j’ai argumenté que la fin du SEO n’était pas pour tout de suite. Si le SEO ne rassemble pas une communauté au prime abord, il le permet dans un second temps. C’est le cas d’un forum par exemple, qui est bien classé dans Google et où les gens se retrouvent suite à une recherche Google.

    Il y a certainement beaucoup de dérapages dans notre métier, mais Google nous force la main finalement ;)
    Concernant les sites corporate, la recherche par marque n’est valable que si la marque est vraiment connue. Ce qui n’est pas vrai dans la majorité des cas.

    En gros, il faut absolument diversifier ses sources de trafic : 30% de SEO, 30% de liens référents et 30% de liens directs. Le reste en divers ;)

    @Jean : je ne comprends pas bien ta remarque sur les SEO et les journalistes??

  • Guillaume Bernard

    Bonjour à tous & merci pour les réactions. C’est évidemment une question ouverte et un sujet plus que mouvant, mais je pense que la suroptimisation, le content farming, et l’affaissement relatif de google ces temps-ci témoignent d’un moment plus tendu que d’habitude. D’ou l’idée que google ne puisse plus endiguer le spam (on est d’accord).

    Comme si les pratiques de black SEO et le braconnage pur et dur mettaient vraiment en péril le modèle search + optimisation intelligente, dans l’intérêt de l’internaute (et parfois de la boite qui paye le SEO :) Cela dit je pense que le métier ne va pas disparaitre de sitôt, mais devrait se recentrer là où il est vraiment utile (e-commerce, vrais contenus, etc.)

    @Abysse : je suis conscient que les réseaux sociaux embarquent de spam et ne sont pas encore le moyen privilégié d’accès à l’info, et ne doivent pas forcément l’être. Mais ils apportent un complément utile, en attendant que le « social curating » tienne toutes ces promesses. Il y a une citation assez connue d’un étudiant ricain qui dit « si l’info est importante, elle viendra à moi, et non pas moi à elle » … Sacré retournement.

    @Lucien : le problème est que cette perte d’influence des sites corpo n’empeche pas qu’on continue à en faire, et qu’on souhaite les « référencer ». Ce qui n’a pas de sens.

    @Marie Pas de quoi, c’était un bon billet (et la citation comme cela le caricature un peu). Tout à fait d’accord pour les forums, sauf qu’à force ils disparaissent sous les attaques des content farm et autres scrappers, ou ne se manifestent qu’au mauvais moment (ex doctissimo qui crache des angoisses d’hypocondriaques au lieu de donner accès à l’info médicale sur la putain de fièvre qu’on a). Quant à l’objectif de diversification des sources, il est bon de le rappeler, ça rappelle l’importance de la fidélisation, malgré une tendance à toujours passer par google meme pour visiter les sites qu’on connait !!

  • http://www.marketing-internet-montreal.com ALAMI

    Bonjour chez vous et je peux vous dire que je ne suis pas insensible à ce sujet même de l’autre côté de l’Atlantique. Mais en même temps quand je vois le travail qui reste à faire, je ne considère pas qu’on est arrivé au bout mais plutôt que nous sommes à une croisée de chemins. Fini le temps de faire de la densité de mots clés son arme de poing ou du keyword stuffing et toutes les techniques à la nois. Nous sommes obligés de faire l’inventaire des tactiques et de concevoir des stratégies (voir mon billet sur le référencement mutli canal http://www.marketing-internet-montreal.com/2010/12/conseils-referencement-multi-canal/).
    Alors oui le SEO des années 2000 est fini de la même manière que le SEO 90 qui se limitait à faire du tagage alors que maintenant on en fait à tour de bras et spontanément. Aujourd’hui le SEO a plusieurs casquettes et c’est là tout le challenge car déjà éduquer le client sur du SEO naturel était difficile, maintenant qu’il faut en plus le sensibiliser à son intranet, ses réseaux et j’en passe, l’effort est collossal.
    Keep going my friends !

  • http://referencement.swcf.fr/2011/01/ Erwan

    Je suis d’accord avec Marie, il ne faut pas se passer du trafic organique comme il ne faut pas en être dépendant. Une bonne répartition permet d’éviter qu’un site se casse la gueule si Google, Facebook ou autre a la grippe.

  • http://www.slapdigital.fr Ben

    Je pense qu’il est un peu extreme d’annoncer la mort du SEO, pour moi l’essentiel est de trouver une bonne balance entre un site qui est construit de maniere a etre facilement reference mais aussi et avant tout un site construit et ecrit pour les etres humains et integre avec les differents reseaux sociaux et sites de bookmarking. Car je suis d’accord que le coeur d’un site est sa communaute, mais pour creer cette communaute il faut bien demarrer par attirer du traffic, non? Et a l’heure actuelle le SEO reste la plus grosse source de traffic pour la plupart des sites et produit probablement le meilleur ROI.

  • http://www.my.epokhe.com Arnaud BRIAND

    Bonjour,

    @LaurentB > « on commence à sérieusement pensé que Google ne pourra jamais endiguer le spam », j’aurais tendance à penser que déjà des gens comme Bill Gross, l’inventeur de GoTo et Overture, l’ont déjà dit à maintes reprises. Et, si Clay Shirky sur Mashable (http://mashable.com/2010/05/03/content-curation-creation/) nous dit « Curation comes up when search stops working », c’est que le spam est une question qui ne cesse de revenir depuis la brève histoire du Web.

    Je connais plusieurs personnes qui se plaignent depuis quelques mois de la qualité des résultats de Google. Je n’utilise d’ailleurs plus Google comme moteur de recherche, mais Twitter (usage certes biaisé car professionnel). Le titre de votre article met le doigt tout de même sur cette notion de « content curation » dans un monde où le contenu va doubler toutes les 72 heures d’ici quelques années selon certains observateurs.

    Merci pour cette analyse.

  • http://twitter.com/#!/laurentjavault Laurent Javault

    Quelque chose m’échappe ou bien c’est la grippe qui m’assaille… mais quand je tape « Vacances scolaires » les occurrences de la 1ère page Google ne me semblent pas spammantes, je suis allé voir à peu près tous les sites et l’info (les calendriers scolaires) est là, et bien là… Autrement dit, j’ai la réponse à ma question, n’est-ce pas l’essentiel ?

  • Pingback: faaabulous - Has anything you’ve done made your life better ?

  • http://www.influenceursduweb.org/ e-réputation 31

    D’accord sur le côté pollution généré par certaines pratiques du SEO. Ce sera d’actu tant que les liens externes auront tant de poids chez Google.

Publiés récemment

16 janvier 2014
Applis de rencontres : risque et provocation en com, ça paye !

Adopteunmec, Tinder, ou plus récemment Happn, Nametag,… l’application mobile dédiée à la rencontre est une formule qui ne connaît pas la crise. Les startups qui s’y consacrent se multiplient, chacune avec sa spécialité : provoquer une nouvelle rencontre, faire naître un coup de … +

 
10 janvier 2014
Malgré son piratage, Snapchat séduit les marques

Le piratage de l’application Snapchat par un collectif de hackers a fait couler beaucoup d’encre dans la presse. Ces « White hats » – comme sont surnommés les hackers « éthiques » – ont exploité une faille de sécurité de l’application, laquelle avait été révélée … +

 
6 janvier 2014
3 questions à Violaine Mouchet, de 87seconds.com

Une nouvelle startup fait son entrée dans le Tank, notre espace de coworking. Violaine Mouchet nous présente 87 seconds.com. Pourrais-tu nous présenter 87seconds.com ? 87seconds est spécialisé dans la création de vidéos explicatives, ces animations mises au service de marques … +