Face au cygne noir – être à la hauteur, tenir le lien

Publié le

Acter la crise, se protéger, et rester mobilisé. La crise du coronavirus est un moment de bascule, avec de nouvelles contraintes, qui nécessite des actes, de la force, une présence permanente et une attention sincère pour reconnaitre que nous devons penser avec et à l’autre. Et si faire collectif, changer radicalement de comportement et démontrer son utilité nous permettaient de sortir grandi et révélé ? 

Face au cygne noir – être à la hauteur, tenir le lien

Nous en sommes déjà au quatrième jour. Cet événement est une épreuve, un test brutal qui met à jour la culture, l’esprit, les habitudes, les travers, mais aussi la posture de toutes et tous. C’est un moment de bascule, avec de nouvelles contraintes, qui nécessite des actes, de la force, une présence permanente et une attention sincère pour reconnaître que nous devons penser à et avec l’autre. Et si faire collectif, changer radicalement de comportement et démontrer notre utilité nous permettaient de sortir grandis et révélés ?

C’est à cette échelle qu’il faut penser la communication des entreprises, des institutions, des ONG, dans ce moment. Être à la hauteur. Dépasser les circonstances. Contribuer de manière déterminée. Et cela passe, dans une société confinée, principalement par la posture que nous tenons tous, institutions ou simples humains, dans nos échanges, dans notre expression, dans nos initiatives en ligne. Pour vous aider à y répondre, voici en proposition, quatre approches complémentaires :

Couper les flux ordinaires : ce n’est pas le moment de faire comme si de rien n’était, en mode « business as usual ». Toute l’attention est focalisée par la crise, l’expérience inédite du confinement. Tout ce qui ne s’y rapporte pas semble vain, inutile, voire dérangeant. Les seules nouvelles auxquelles on s’attend, sont celles qui se rapportent aux conséquences directes, ou celles où émergent un « folklore du confinement » (survivre en télétravail avec les mômes, occuper les moments creux…) pour nous soulager de nos angoisses.

Prendre acte du moment : avant tout, prendre acte de la tension ambiante, des craintes. Accompagner, changer les pages d’accueil et dédier une large partie des prises de parole à la crise. Dire ce qu’on fait, et comment on peut se rendre utile pour limiter l’épidémie. Donner la parole, incarner le collectif comme ses boss. Répondre à l’angoisse par l’écoute et la prise d’importance du sujet.

Changer de mode : c’est dans la crise qu’on peut inventer de nouveaux modes de relation, s’aligner. C’est dans ce moment, où le temps s’est arrêté, où nous avons l’opportunité de sortir du flux, de s’interroger sur ce qui fait sens en abordant des sujets de fond, en réinventant sa manière de communiquer, pour créer un lien durable.

Projeter vers un futur meilleur : le temps de la crise ne sera pas éternel, on l’espère. Cette crise va apporter son lot de leçons, et une forte envie de changer les choses, de ne pas revenir à l’état précédent – que ce soit dans l’information, dans la manière de penser les chaînes de productions, dans la relation aux personnes les plus fragiles… Sans tomber dans le topo crise = opportunité, on apprend dans l’épreuve, et c’est souvent plus intéressant qu’on ne l’imagine.

Ce présent est un test brutal et il faut donc l’acter, s’immerger dans sa complexité et ne pas distraire nos publics. Mais plutôt les inclure, les chercher, les confronter pour partager nos choix, construire le présent, des relations sincères et valoriser nos communautés. Chez Spintank, dans ces moments difficiles, nous souhaitons unir nos efforts avec nos communautés pour façonner l’horizon selon nos idéaux, à notre niveau, par la communication. Nous y croyons et faisons tout pour. On y va ?

Pour aller plus loin, on vous recommande :

Chez Spintank : confinés mais mobilisés !

Nous avons adapté dès vendredi dernier notre organisation à ces circonstances exceptionnelles afin de protéger chaque collaborateur et d’assurer la continuité de nos activités. Nos Tanks sont fermés, et chacun travaille depuis son domicile avec l’ensemble des moyens nécessaires. Si le besoin de se parler est plus fort que jamais, des habitudes et rituels émergent déjà, laissant poindre de nouvelles façons de mieux collaborer ensemble. On se débriefera après le confinement… Dispo pour une conf-call ?

Chaque mois, on vous parle de la communication et la transformation de nos sociétés par le numérique. Pour recevoir notre newsletter ↓