Plus d’excuses, recréons du lien !

Publié le

Votre rentrée s’est bien passée ? C’est le retour de notre lettre mensuelle qui vous parle de la communication et la transformation de nos sociétés par le numérique (et aussi un peu de nous). Pour vous y abonner c’est par ici. Voici déjà un extrait de notre 4ème numéro ⏬.

Plus d’excuses, recréons du lien !

Fake news, haine en ligne, cyberharcèlement, bulles de filtres et polarisation du débat public : la messe semble dite. Les réseaux sociaux sont devenus en quelques années le responsable – un peu rapide et univoque – de tous les maux de notre démocratie. Comme si on refusait de voir aussi combien ils sont devenus une pratique sociale de base, majoritaire et massive.

Il ne s’agit pas de se voiler la face devant des problèmes importants de structure, ni d’abandonner l’espoir que les algorithmes soient plus transparents ou que les discours de haine se voient opposés de justes politiques. Simplement, ces troubles masquent des réalités mille fois plus nuancées, diverses, et de vraies recompositions, qui sont de toute façon à l’œuvre, dans la manière dont nous faisons société. Et surtout, on a l’impression que ce discours est parfois utilisé comme une excuse pour celles et ceux qui ont une réticence à s’engager dans cette pratique. Courage, fuyons ! Puisque dominent haine, critique, mensonges, bulles, et autres horreurs, ne participons pas à cet univers.

Nous ne voulons pas de ce dualisme de l’espace public, entre un espace bourgeois, policé et rationnel, et un espace populaire, forcément livré à la vindicte et aux tourments. Nous croyons que malgré tout, les réseaux sociaux restent un lieu d’échanges et de dialogue, un lieu de rencontre du point de vue de l’autre, un espace où peuvent se construire d’autres opinions. Nous croyons même que la réticence de nombreux acteurs, entreprises, associations, gouvernements, institutions, syndicats, à entrer en relation dans ces espaces laisse un champ immense à ceux qui y sèment le trouble.

Réinventer des communs, recréer du lien, on peut tous y participer. Répondre patiemment, constater poliment des désaccords, revenir souvent aux faits, donner la voix à des acteurs de terrain, montrer les envers du décor et les expliquer, souligner les causes communes, autant de voies exigeantes pour créer du lien, du respect, de la confiance. Oui, on peut s’engager, réussir. Les exemples sont multiples. Oui, l’exercice est déroutant, difficile, épuisant, mais, ô combien essentiel.

Envie d’y aller ?

Pour aller plus loin, on vous recommande :

  • … d’essayer de comprendre pourquoi n’arrivons-nous plus à nous mettre d’accord sur ce qui est vrai (The Guardian).
  • … de replacer le sujet des bulles de filtre et de l’influence dans la dynamique plus générale du conformisme de groupe (“Conformity” de Cass R. Sunstein).
  • … de vous pencher avec un peu de recul sur les raisons profondes du phénomène des jeunes activistes, qui ont su créer un mouvement d’attention et d’union sans égal (Nature).
  • … de suivre ce mouvement avec émotion, dans l’intime : nous soutenons le film de Flore Vasseur, Bigger Than Us, qui va, avec Melati Wisen, à la rencontre de ces jeunes activistes, et en rend compte au fil de la production. Suivez-là !

Chaque mois, on vous parle de la communication et la transformation de nos sociétés par le numérique. Pour recevoir notre newsletter ↓