Si loin, si proches

Publié le

Alors qu’on se précipite sur les rares terrasses ouvertes, il est tentant d’oublier que le monde de l’entreprise sera bien le dernier à se déconfiner. Si le télétravail devient la norme, comment « virtualiser » la vraie rencontre et se reconnecter au monde ? Voici le sommaire du numéro 12 de notre newsletter. Extrait ⤵️ et abonnement.

Si loin, si proches

Alors qu’on se précipite sur les rares terrasses ouvertes, il est tentant d’oublier hélas que le monde de l’entreprise sera bien le dernier à se déconfiner. Comme en témoignent les discussions récurrentes sur le télétravail qui passerait de l’exception à la norme. Allons-nous devoir vivre encore quelques mois ou années « à distance » ?

C’est un défi de taille : passer de la résilience à l’organisation durable, et surtout d’une situation acceptable (parce que temporaire) à une forme de choix volontaire. Qu’il y ait des avantages au prolongement du lien par le virtuel, en commençant par le gain de temps, nul n’en doute. Mais qu’en est-il, par contre, de l’événement – de « ce qui arrive », justement, ce qui est réel, interrompt le cours du temps ordinaire (fut-il fait de visioconférences) ? Ce qui marque et crée un souvenir, ancre une date dans l’imaginaire collectif d’une organisation ? La présence, la rencontre, réveillent l’attention, et donc l’engagement, la fabrique du lien. S’en priver durablement est impossible.

La solution n’est pas dans le mimétisme ou la transposition, caméra et live à l’appui, de l’avant au nouveau virtuel. Filmer le podium d’une assemblée générale ne remplacera pas le flux, la cohue, le mélange et l’impression « d’en être » que ressentent des centaines de petits actionnaires. Faire parler le big boss dans un live géant ne suffit pas à faire séminaire, et encore moins à créer un sentiment d’appartenance. Enfin, rêver de casques de VR ne fait que focaliser sur la tech au lieu de penser au lien.

Alors, comment « virtualiser » la vraie rencontre, hors du cadre ordinaire, la surprise donc qui elle seule peut nous reconnecter avec notre présence au monde ? C’est cette tâche-là, la réinvention de la présence, de l’attention, qui nous passionne. Nous voulons recréer l’engagement par l’écoute et le dialogue, en injectant dans les lives ce qui fait le sel de la vie réelle, qui capte, qui retient le clic fermant la fenêtre, qui laisse une trace. Mais c’est aussi l’engagement par la mise en relation utile, la création de rencontres favorables au business, ou l’engagement par le faire ensemble où la présence et l’attention s’animent de voir un objet construit en commun se dessiner au milieu de tous.

Tous ces sujets sont nécessaires, urgents, dans la durée de la « distance » qui s’annonce. Est-ce possible ? On y croit, on vous en parle ?

Pour aller plus loin, on vous recommande :

Chaque mois, on vous parle de la communication et la transformation de nos sociétés par le numérique. Pour recevoir notre newsletter ↓